Parcoursup a ouvert ses portes aujourd’hui. Dans les semaines à venir, plus d’un million d’élèves de terminale vont devoir choisir leur formation post-bac sur la plateforme. Parmi les nombreux critères à prendre en compte, celui du diplôme délivré à l’issue de la formation n’est pas le moindre.

Visa, certifications, labels, masters, mastères, MBA, Bachelors… pas simple de s’y retrouver dans cette profusion de titres !

Le diplôme est-il reconnu par l’Etat ? Quelle valeur a-t-il sur le marché du travail ? Bénéficie-t-il d’une reconnaissance internationale ? Faut-il choisir une formation en fonction du diplôme proposé ? •••

Tentons de comprendre ce que recouvre la notion de diplôme afin d’y voir plus clair !

délivrance d'un diplôme reconnu

Les établissements reconnus par l’Etat… ou pas !

En France, une école peut être reconnue par l’Etat et en même temps délivrer un diplôme spécifique qui ne l’est pas.

Il convient donc d’abord de distinguer les écoles publiques qui bénéficient de cette reconnaissance, des écoles privées qui peuvent être :

  1. soit sous contrat d’association avec l’Etat,
  2. soit hors contrat.

Dans le premier cas, qualification du personnel enseignant, nature et modalités des programmes… doivent coïncider avec les attendus du Ministère de l’Education Nationale.

Dans le second, les écoles concernées sont libres de proposer les formations et les diplômes correspondants qu’elles souhaitent, mais ne peuvent profiter des avantages liés à une reconnaissance (subventions…).

Avant de s’inscrire sur Parcoursup : qu’en est-il de la reconnaissance des diplômes délivrés ?

Le diplôme sanctionne le niveau de savoir et de connaissances obtenu à l’issue de la formation suivie. Si elle n’est pas le seul élément auquel accorder une certaine attention, la reconnaissance de l’Etat peut être un premier indicateur de qualité de l’enseignement.

Elle offre en outre l’opportunité d’une poursuite d’études dans un autre pays dès lors que le diplôme concerné le permet (cycle LMD).

Diplôme ou attestation de réussite égarée ?

Quels sont par ailleurs les titres pouvant être remis au terme d’une formation ?

Le Diplôme National

Qu’il soit délivré au nom du Ministère de l’Education ou d’un autre ministère, le diplôme national est un titre dont l’Etat se porte garant.

BTS, Diplôme d’Etat, DUT, Licence, Master, Doctorat… ces diplômes peuvent être préparés dans un établissement public, privé sous contrat ou privé hors contrat.

diplôme reconnu par l'étatLe visa de l’Etat

Il peut être accordé aux écoles reconnues par l’Etat qui le sollicitent, sur une période maximale de 6 années. Plusieurs éléments d’appréciation tels que les contenus pédagogiques, les critère de délivrance du diplôme, la formation des enseignants… sont pris en compte.

Passerelle d’accès au cycle LMD (Licence Master Doctorat), le diplôme visé par l’Etat est aussi un sesame pour la mise en place de partenariats avec des universités internationales.

Diplôme et grade de Master

Composante officielle du cycle européen LMD, le Master est un diplôme national qui sanctionne 5 années d’études après le bac. D’autres formations peuvent être autorisées à « conférer le grade de master ». Les écoles de commerce (évaluées par la CEFDG ), les écoles d’ingénieur (via la CTI), Sciences Po et les IEP en font partie.

Mais le terme de « master » a aussi donné lieu à quelques déclinaisons phonétiques.

diplôme reconnu par la CGEAinsi, le « Mastère Spécialisé » (MS) et le « Master of Science » (MSc) sont à la fois des labels et des marques déposées créés par la Conférence des Grandes Ecoles (CGE).

Cette association fondée il y a près d’un demi-siècle compte près de 230 « grandes écoles » membres dans le monde et plus de 530 « masters maison ».

Auditées sur la base de critères à la fois « objectifs » et « qualitatifs », les écoles adhérentes font ensuite labelliser leurs formations par une « commission accréditation ».

Certaines écoles peuvent donc compter parmi celles figurant au sein de la CGE sans pour autant avoir obtenu de labellisation pour leurs formations.

La CGE, à travers la commission accréditation, labellise des formations au bénéfice exclusif des membres du collège Grandes écoles.
Ces formations sont : Mastère Spécialisé® (MS®), Master of Science (MSc), BADGE, Certification de Qualification et de Compétences (CQC).
Ces labels font l’objet de règlements spécifiques mis à jour annuellement et approuvés systématiquement par le bureau de la CGE.
Ils doivent être strictement respectés par les établissements porteurs de ces formations qui sont le plus souvent le reflet de la qualité de nos établissements et de la CGE.
Ces règlements définissent les modalités de mise en œuvre de ces formations : durée de la labellisation, recrutement, volume de formation, conditions de mise en œuvre (en présentiel, à distance, apprentissage…), évaluation des étudiants, forme des diplômes remis, audits des établissements et des formations.
Article 3 du règlement intérieur de la CGE

Mastère Spécialisé et Master of Science ne sont pas des diplômes. Ces labels sont destinés aux étudiants qui envisagent une spécialisation absente de l’enseignement supérieur public.

Le cas à part du MBA

MBA master of business administrationParticularité d’origine anglo-saxonne née dans la 1ère moitié du XXe siècle, le Master of Business Administration est un diplôme international de 3e cycle.

Il sanctionne une formation, le plus souvent en anglais, dans les domaines du marketing, du management, des ressources humaines…

À la différence du Mastère de la CGE, le MBA n’est pas une appellation contrôlée. L’acronyme peut donc être en théorie utilisé par des acteurs peu scrupuleux.

Pour éviter les mauvaises surprises, il conviendra de s’assurer que le MBA visé :

  1. est accrédité par l’AMBA, voire qu’il figure aussi dans la liste des formations labellisées par les organismes EQUIS et AACSB,
  2. qu’il peut se targuer d’une reconnaissance officielle en France (RNCP, Master…).

RNCP : la certification professionnelle officielle

Les diplômes, titres, certificats inscrits au Répertoire National des Certifications Professionnelles attestent de la qualité d’une formation qui a vocation à servir dans le cadre d’une activité professionnelle.

Les certifications professionnelles sont classées par niveau de qualification et domaine d’activité […] et sont constituées de blocs de compétences, ensembles homogènes et cohérents de compétences contribuant à l’exercice autonome d’une activité professionnelle et pouvant être évaluées et validées.

Ces certifications sont classées en 8 niveaux (modifiés cette année), qui vont de 1 (savoirs de base) à 8 (doctorat).

À noter que seules les formations délivrant un titre RNCP dispensées par un établissement public, une école privée sous contrat ou un EESPIG sont présentes sur Parcoursup.

Les labels ne sont pas des diplômes

certification EQUISAACSB, AMBA, EQUIS, EPAS… pour les écoles de commerce, QUESTE et EUR-ACE pour les écoles d’ingénieur, QUALICERT pour les IAE : les labels tendent à crédibiliser certaines formations ou écoles.

Ils ne sont pas pour autant des diplômes.

Les critères d’évaluation de ces labels mériteront d’être examinés au cas par cas pour déterminer leur réel intérêt.

Le diplôme obtenu doit-il être un critère de choix d’une formation sur Parcoursup ?

L’ensemble des établissements autorisés à figurer sur Parcoursup, qu’ils soient publics, privés sous contrat ou privés hors contrat, propose la délivrance d’un diplôme a minima reconnu par l’Etat.

D’autres critères de choix devraient donc être pris en compte pour le choix d’une formation sur la plateforme d’inscription post-bac.

La filière envisagée, la durée des études, la situation géographique, le budget requis, le dossier scolaire du lycéen… permettront de clarifier la sélection et de faire un arbitrage au moment d’enregistrer ses voeux.

Ces articles pourraient vous intéresser :

Avis vérifiés TonavenirPour votre inscription sur Parcoursup, faites-vous accompagner par un.e spécialiste de l’orientation dans votre région