Si l’on s’en tient à l’expérience vécue par Romain Duris (alias Xavier) dans le film l’Auberge espagnole de Cédric Klapisch, sans doute se fera-t-on une idée un tantinet romancée d’une césure Erasmus. Une romance que l’estimation d’un million de “bébés Erasmus” viendrait confortée si elle était avérée. Pourtant, le programme européen constitue d’abord un moyen d’accroître son employabilité, dans la mesure où il favorise le développement de ses compétences linguistiques et/ou professionnelles et de ses facultés d’adaptation.

Erasmus+ est le nouveau programme de l’Union européenne (UE) pour l’éducation, la formation, la jeunesse et le sport pour la période 2014-2020. Il intègre les sept actions existantes du programme Education et formation toute au long de la vie, Erasmus Mundus, Tempus, Alfa, Edulink ainsi que le programme Jeunesse en action.

Erasmus fêtait ses 30 ans le 15 juin dernier. Conçu à l’origine pour favoriser la mobilité transnationale des seuls étudiants dans une perspective de plus grande coopération entre les universités de l’ex Communauté Economique Européenne (CEE), Erasmus a élargi son champs d’action.

Devenu Erasmus + en 2014, il concerne aujourd’hui une trentaine de pays adhérents (contre une dizaine au départ), bénéficie d’un budget de fonctionnement proche des 15 milliards d’euros pour la période 2014-2020 (dont 1 milliard pour la France) et touche désormais aussi les étudiants des filières professionnelles, les élèves du primaire et du secondaire, les enseignants, les jeunes actifs…

En l’espace de 30 ans, un million de jeunes français ont bénéficié du programme Erasmus. La très grande majorité d’entre eux ont privilégié un séjour au Royaume-Uni, en Allemagne, en Autriche, en Espagne ou au Portugal.

Comment profiter du programme Erasmus + quand on est étudiant ?

Avant d’envisager de faire vos études à l’étranger avec Erasmus +, il convient de préparer votre séjour. Cette lapalissade édictée, il faut plus précisément identifier la formation et/ou le stage en entreprise qui s’inscrit dans votre projet, choisir un pays dont vous connaissez la langue, quitte à bénéficier d’un apprentissage renforcé, estimer le budget requis et les aides auxquelles vous pourrez prétendre pour en profiter, penser à demander une carte européenne d’assurance maladie… Passer jusqu’à une année dans un pays étranger ne s’improvise pas.

Interrogez le Services des relations internationales de votre établissement d’études supérieures, seul habilité à vous octroyer une mobilité. Celui-ci peut être une université, mais aussi une école de commerce, d’ingénieur, d’art… ayant noué des accords de coopération avec des établissements européens.

Voici quelques sites utiles à consulter pour en savoir plus :

programme erasmus +