Depuis le 22 janvier et jusqu’au 12 mars prochain inclus, les élèves de terminale sont invités à s’inscrire sur Parcoursup et à formuler leurs voeux d’orientation post-bac.

association article 1Selon un sondage publié début janvier par l’association Article 1, cette perspective « stresserait » ou « paniquerait » plus de 6 lycéens sur 10.

À 17 ou 18 ans, s’improviser en quelques semaines auto-entrepreneur de sa propre existence n’est pas nécessairement une tâche aisée.

Qu’il s’agisse du Bac2021, des contraintes de la vie étudiante ou d’algorithmes sélectifs, il semble que les volontés réformatrices de Jean-Michel Blanquer ne fassent pas l’unanimité.

ministre de l'éducation nationaleCe ne sont pas les quelques 60 000 candidats privés de propositions à l’issue de la phase d’admission de la session 2019 de Parcoursup qui diront le contraire.

Ni les lycéens désireux de choisir un enseignement de spécialité qui n’est pas proposé dans leur lycée.

Et pas davantage les nombreux établissements ayant subi grèves et perturbations un peu partout en France lors des premières Épreuves Communes de Contrôle Continu (E3C).

LIRE LES CONCLUSIONS

Mission « flash » sur la mise en place de la carte des spécialités dans le cadre de la réforme du lycée

En décembre dernier, dans le compte-rendu d’une mission qui leur était confiée par la commission des Affaires culturelles et de l’Éducation de l’Assemblée Nationale, les deux députés désignés ont suggéré de remédier aux principaux problèmes suivants :

  • déficit d’accessibilité à la carte des spécialités pour les familles,
  • chaque spécialité n’est pas proposée dans au moins un établissement de chaque département,
  • niveau d’exigence trop élevé de la spécialité Mathématiques, choisie par la majorité des élèves…

À la fin de leur rapport, les députés ajoutaient par ailleurs :

De plus, parce qu’elle ouvre les choix des élèves, la réforme devrait s’accompagner d’un renforcement de l’aide à l’orientation, dans un contexte où le rôle des professeurs principaux est bouleversé par l’éclatement du groupe classe. Nous pensons que les 54 heures par an dévolues à l’orientation devraient être mieux déployées et utilisées qu’elles ne le sont actuellement, et qu’un véritable effort de formation des enseignants doit être engagé sur ce sujet.

LIRE LES CONCLUSIONS

La mouture 2020 de Parcoursup a été revue et corrigée

Création de Parcourplus pour les personnes en reprise d’études, ajout de 600 nouvelles formations, suppression de la PACES, amélioration de l’information relative aux attendus…

S’agissant de Parcoursup, ce n’est pourtant pas faute d’avoir cherché à améliorer les choses.

Dans le second rapport qu’il a remis au Parlement il y a quelques semaines et présenté à Frédérique Vidal en octobre dernier, le

CESP
a d’ailleurs estimé que le dispositif avait progressé pour les 4 items étudiés :

  1. transparence de la procédure Parcoursup
  2. performance et efficacité du dispositif
  3. équité et équilibres territoriaux
  4. enjeux de sûreté et de sécurité de la plate-forme

Le CESP a fait toutefois quelques recommandations visant à améliorer certains points.

logo ministère de l'enseignement supérieurIl invitait en particulier à dresser un bilan du mécanisme « oui si ». Cette nouveauté mise en place en 2018 s’inscrit dans les « dispositifs d’accompagnement pédagogique adaptés et de parcours personnalisés » auxquels certains bacheliers ont dû se plier pour intégrer leur formation.

Un point tout autant présent dans les conclusions de la Mission Flash de l’Assemblée Nationale :

Il est urgent que les 21 établissements de l’enseignement supérieur dévoilent les attendus qu’ils appliqueront aux candidatures reçues sur Parcoursup, et qu’ils fassent preuve de bienveillance à l’égard des élèves qui auront fait des choix atypiques et qui sont aussi, on l’a vu, plus souvent issus des classes moins favorisées. Les parcours « Oui si » mis en place à l’occasion de la réforme des études en licence devront être pleinement utilisés pour y parvenir.

Avec ce sens de la litote qui sied aux « instances indépendantes placées auprès de la ministre de l’Enseignement supérieur« , le comité a suggéré par ailleurs de rendre plus lisible la phase complémentaire destinée aux candidats n’ayant pas reçu de propositions de formations :

À l’issue de la campagne 2019, la description de la procédure complémentaire souffre encore d’imprécisions.
Rapport au Parlement du CESP de janvier 2020

Processus Parcoursup : l’Unef ne semble pas partager l’enthousiasme du CESP.

Opposé aux principales dispositions du Plan Etudiant, attaché à l’amélioration de la qualité de vie et à la préservation des droits des étudiants, le syndicat défend, avec d’autres, la possibilité d’accéder au fonctionnement du « logiciel Parcoursup ».

procédure parcoursup 2020

Il y a un mois, le Conseil d’Etat lui a donné raison.

Parce que l’Unef souhaitait…

que lui soient communiqués les procédés algorithmiques utilisés localement dans le cadre du traitement des candidatures d’entrée en licence via la plateforme Parcoursup ainsi que les codes sources correspondants,

l’institution a décidé de saisir le Conseil Constitutionnel. Décision en attente…

Fonctionnement Parcoursup : auto-orientation ou mise en concurrence entre élèves ?

La procédure Parcoursup a ses adeptes et ses détracteurs.

Même si elle est susceptible d’améliorations, certains voient la plateforme d’inscription post-bac comme le moyen de gérer efficacement les flux croissants de lycéens qui souhaitent poursuivre leurs études. Par ailleurs, Parcoursup garantirait un accès équitable à l’enseignement supérieur.

D’autres y décèlent au contraire une source de renfort des inégalités sociales dont profitent les jeunes issus des familles les plus aisées.

sociologue Agnès van ZantenDans certains lycées, pas simple de dégager du temps pour l’orientation quand il est déjà difficile d’en trouver pour respecter le programme.

C’est ce que notait la sociologue Agnès van Zanten :

Dans les lycées plus défavorisés, (…) ces établissements sont mobilisés sur d’autres questions (réussite au bac, décrochage, difficultés sociales des élèves, problèmes de discipline, dossiers de bourses…). Résultat : dans ces lycées, la question de l’orientation arrive plus tardivement dans l’année et se cantonne souvent à de l’information sur la procédure d’admission dans le supérieur : tel ou tel renseignement à fournir, se connecter tel jour pour inscrire ses vœux, etc.
LeMonde.fr – Janvier 2020

En marge de ces polémiques, d’autres encore interrogent les fondements même du logiciel.

Les élèves qui ont un niveau faible sont acculés et «choisissent» leur orientation en fonction des places, reconnaît Marie Duru-Bellat (…)
Les inégalités apparaissent dès la formulation des vœux et les pratiques d’orientation les renforcent. Le conseil de classe entérine des vœux déjà connotés socialement, précise Séverine Landrier (…)
Selon Gabriel Perez (professeur de philosophie ndlr), l’Éducation nationale introduit et transpose dans Parcoursup les méthodes gestionnaires pratiquées dans l’entreprise, notamment en articulant autonomie et grille de performances. Dans les fiches Parcoursup, l’élève doit se considérer comme l’entrepreneur de sa vie en complétant son profil, ses passions, ses activités extrascolaires, ses «talents». Ce type de profiling consiste à coloniser toutes les sphères de l’existence en vue de les soumettre à des rapports marchands.
Myparenthese.fr / article de juin 2018

choisir son orientationAlors faut-il laisser à ces adultes en devenir la responsabilité de choisir seuls leur orientation post-bac ?

Parcoursup, avec ses quelques  15 000 formations, ses attendus opaques, ses mystérieux critères d’examen des voeux, ses débouchés pléthoriques… permet-elle une sélection éclairée ?

Si elle a ses raisons pragmatiques que la raison du libre arbitre ignore, la suppression de la hiérarchisation des voeux contribue à émousser un peu plus la possibilité d’afficher ses préférences et de choisir véritablement son orientation.

Devrions-nous en conclure que seul le parcours scolaire de l’élève prévaudrait ? Le « oui si » s’affichant alors comme une concession contraignante et un tantinet condescendante accordée aux chemins de traverse empruntés par des lycéens hors cadre.

L’élève s’oriente au sein d’une certaine organisation scolaire et sa marge de manœuvre est réduite. En fonction de l’architecture de l’organisation scolaire (le système scolaire) et des procédures d’orientation-répartition qui y ont cours, l’élève est plongé dans un dispositif qui reproduit plus ou moins fortement les inégalités sociales d’origine.
En France, l’orientation non seulement reproduit mais accentue les inégalités sociales d’origine, déplore Jean Guichard. Qui rappelle que, selon l’étude publiée par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) en 2016, la France est championne des inégalités à l’école au sein des 35 pays membres de cette organisation.
Myparenthese.fr

Parmi les lycéens interrogés par Article 1, 6% se sont déclarés « totalement confiants » pour formuler leurs voeux sur Parcoursup.

Peut-être s’agissait-il de jeunes sur le point d’être accompagnés par un.e Conseiller.ère Tonavenir 😁

© Photo Agnès van Zanten (Frédérique Plas, Photothèque CNRS)

WidgetAvisVerifies

Les Conseillers.ères du réseau Tonavenir peuvent vous accompagner durant tout le processus d’inscription sur Parcoursup