Parmi les 10 mesures annoncées par le gouvernement en septembre 2018 dans le cadre du Plan Ma Santé 2022, certaines pourraient-elles satisfaire les futurs étudiants en Santé ? Elles concernent la suppression du numerus clausus et de la PACES d’une part, celle des Épreuves Classantes Nationales (ECN) d’autre part.

Ces changements, officialisés pour les deux premiers en juillet dernier et affinés il y a quelques jours, modifieront peu ou prou le parcours de formation des futurs étudiants en MMOP.

S’agissant de la PACES et du numerus clausus, ils devraient être opérationnels pour la rentrée 2020-2021, si tant est que les moyens octroyés aux universités, jugés insuffisants par certains, permettent leur mise en oeuvre.

Comment faire des études médicales ? Où s’inscrire en médecine ? Le nouveau parcours de formation Santé est-il moins sélectif ? Comment se réorienter en cas d’échec ? …

Décryptage d’une réforme qui brille autant pour sa clarté qu’une prescription d’analgésique peut soulager une jambe de bois.

réforme des études de santé…les formations de santé sont aujourd’hui éclatées en une myriade de cursus, organisés pour les uns à l’université et pour les autres en dehors. L’accès aux formations est limité de façon brutale par des concours d’entrée qui font peu de place aux qualités humaines des étudiants, et ne permettent pas d’orientation progressive. Le contenu des études et les examens sont orientés vers l’évaluation encyclopédique des connaissances, et insuffisamment tournés vers les compétences nécessaires à l’exercice de ces métiers. Cette discordance entre les conditions d’études et la nature de ces métiers tournés vers les soins à l’autre, génère un mal-être des étudiants.

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation / septembre 2018

Réforme des études de santé : les futurs étudiants du 1er cycle ont-ils des raisons de s’enthousiasmer ?

Pour accéder aux MMOP, la PACES se mue en PASS et donne naissance aux L.AS. Chassé-croisé d’acronymes. Le nouveau parcours tend à ouvrir le champs des possibles en proposant un accès bis aux études de santé et contente ainsi les pourfendeurs d’une « voie royale » jugée trop restrictive.

Des alternatives existaient. Certaines, expérimentales (AlterPACES, PACES One…), d’autres plus pérennes (« parameds », passerelles en licence, en Santé…).

Il semble que la volonté politique ait consisté à faire une synthèse des dispositifs en cours et de répondre aux critiques justifiées de l’actuelle PACES : un taux d’échec élevé, coûteux et démotivant, une sélection injuste et fondée exclusivement sur des critères académiques…

À y regarder de plus près, la réforme mise en place va-t-elle fondamentalement révolutionner l’accès aux études médicales et paramédicales ?

formations des étudiants en médecineCertes, le numerus clausus se mue en un numerus apertus qui offre aux universités la possibilité de moduler le nombre de places disponibles dans une fourchette définie avec les Agences Régionales de Santé (ARS) et selon les besoins en professions médicales des régions.

Mais celles et ceux qui espéraient accéder en deuxième année grâce à une motivation inébranlable, des qualités d’empathie sans égales, une ferveur quasi mystique pour la dissection de l’hypothalamus… et de bons résultats, vont être déçus.

L’équation nombre demandeurs = nombre de places disponibles n’a pas encore été résolue. Et le nouveau dispositif, quoi qu’on en dise, demeure sélectif.

Il nécessitera un esprit de compétition, des capacités de travail et des pré-requis académiques au moins comparables à ceux exigés pour s’épanouir en PACES.

Le nouveau parcours de formation des étudiants en médecine

Quels sont les principaux changements permettant d’accéder aux études de santé ?

  • Numerus apertus : si elle ne permet pas d’accroître de façon significative le nombre de places, l’introduction d’un seuil variable spécifique à chaque université (avec un minimum fixé par les ARS et un maximum déterminé par les facultés) émousse la caractère injuste du couperet « premier recalé ».
  • faire des études de médecine1ère voie d’accès aux filières MMOP : le Parcours Spécifique Santé (PASS). Cette PACES revue et corrigée est ouverte à tous sur Parcoursup dans les universités accueillant une faculté de santé. L’étudiant.e devra en outre choisir une matière optionnelle susceptible de l’intéresser au cas où…
  • 2ème voie d’accès aux filières MMOP, via certaines « Licences avec option accès santé » (L.AS). Mais pas toutes. Si chimie, biologie, mathématiques, physique et même lettres, droit ou philosophie… devraient être possibles, il n’est pas garanti que l’Histoire de l’art figure parmi les matières proposées pour ces licences. Par ailleurs, les licences ouvertes à un « accès santé » ne seront pas toutes présentes dans chaque université.
  • Des QCMs mais pas que : si ces derniers restent prépondérants, le recours à des examens écrits et dans certains cas à des épreuves orales (en fonction des résultats obtenus) change la donne. Organisés, comme jusqu’ici, sur deux semestres, ces « partiels » on vocation à faciliter les choix d’orientation futurs de l’étudiant et à pourvoir aux conséquences d’un éventuel échec.
  • Valider sa 1ère année (60 ECTS) : qu’ils aient choisi PASS ou L.AS, la réussite en 1ère année conditionne l’accès aux filières MMOP. S’ils sont « hors classement », ces étudiants pourront retenter leur chance en L2 ou L3 « sous réserve d’avoir validé au moins 60 crédits ECTS supplémentaires lors de sa seconde candidature » (120 ECTS au total).
  • Plus de redoublement en PASS si l’année n’est pas validée (60 ECTS) : c’est le grand changement de la réforme. Les étudiants concernés n’auront alors d’autres choix que de se réorienter.
  • Un dispositif à peine plus souple en L.AS : le redoublement (ou la réorientation) sera possible pour les étudiants.es de L.AS qui n’auraient pas validé leur 1ère année. En revanche, l’accès aux filières MMOP leur serait définitivement fermé.

PASS ou L.AS ? Choisissez le Pass Affinité !

Quelles matières au programme du PASS et des Licences avec option accès Santé ?

réforme des études de santéLes modalités pratiques de la réforme n’ayant pas encore été arrêtées, nous nous sommes basés sur les recommandations de l’Association Nationale des Étudiants en Médecine de France (ANEMF), partie prenante de ces changements et manifestement peu satisfaite des décrets d’application de la réforme publiés le 5 novembre.

Laquelle suggère que le « socle commun de connaissances et de compétences » voulu pour la réforme du baccalauréat ait son équivalent en matière d’études de Santé.

Ce « bloc de compétence », tel qu’il est nommé, s’articulerait autour de 3 grandes thématiques de compétences, déjà abordées en cours de PACES pour les 2 premières : Sciences fondamentales (anatomie, biochimie, pharmacologie…), Sciences Humaines (déontologie, histoire de la médecine…) et Culture commune de la santé (santé publique, système de santé…).

À ce « Coeur Santé » recommandé par l’ANEMF, pourrait être greffés d’autres thèmes proposés par l’association étudiante : l’un en lien avec des conseils en orientation, d’autres permettant une poursuite d’études en cas d’échec…

Faut-il prescrire le PASS ou la Licence avec accès santé ?

faire des études de médecine

Médecin sinon rien : je suis en terminale et je souhaite entamer des études de santé

Il suffira de vous inscrire pour le PASS mis en place sur Parcoursup. La plateforme ouvrira le 20 décembre prochain.

Vos connaissances pourraient être évaluées une première fois à la fin du semestre 1 (QCM et épreuves écrites). En fonction de vos résultats, une orientation serait déterminée.

À l’issue des examens du second semestre (à nouveau QCM et écrits), un classement général serait établi :

  1. Vous avez validé votre année (60 ECTS) ET obtenu la note moyenne fixée par l’université. La 2e année dans la filière choisie disponible vous attend.
  2. Vous êtes « admissible ». Vos résultats requièrent le passage d’examens complémentaires (écrits et/ou oraux).
  3. Vous avez validé votre année mais êtes « hors classement » ? Vous pourrez poursuivre en seconde année dans la licence que vous avez choisie en option et vous porter à nouveau candidat pour une filière santé en 2e ou en 3e année. Mais attention : il vous faudra avoir progressé et obtenu au moins 60 crédits européens de plus !
  4. Vous n’avez pas validé votre année ? Alors une ré-orientation s’impose.

Les quotas, seuils et autres modalités de classement varieront d’une université à l’autre dans des limites fixées par arrêté.

Le cas par cas sera donc requis pour connaître la répartition des places entre PASS et L.AS, savoir si les « admissibles » bénéficieront d’un tiers ou plus du numerus apertus et quelle sera la proportion d’étudiants devant passer un oral.

faire une licence mineur santé

Médecin sinon quoi ? Je suis en terminale et je ne suis pas 100% certaine de vouloir me lancer dans des études de santé

Votre inscription dans une Licence avec option accès santé se fera sur Parcoursup. Votre entrée en seconde année de MMOP pourra être envisagée en L2 ou L3.

Les modalités d’inscription pourraient être autrement plus complexes que pour le PASS.

  1. Il conviendra d’abord d’identifier les universités qui proposent ces licences, puis de choisir la « majeure » qui correspond à vos souhaits (physique, chimie, philosophie…).
  2. Être « pré-admissible » : quel que soit votre niveau d’études, l’inscription se ferait en 3 phases successives. La candidature de pré-admissibilité ne serait possible qu’une fois validée votre année de licence.
  3. Être « admissible » : durant cette seconde phase, l’établissement procèderait à l’étude de votre dossier de candidature. Les places étant limitées, il s’agirait de ne retenir que les étudiants ayant validé leur option santé et obtenu les meilleures notes pour la « majeure ».
  4. Les étudiants retenus en phase d’admissibilité seraient invités à passer des examens écrits et/ou oraux selon les cas. Environ 1/3 des étudiants ayant obtenu les meilleures notes seraient admis dans la filière sélectionnée. Les autres devraient attendre l’issue des épreuves orales.

PASS ou L.AS : les choix lycéens risquent d’être cornéliens !

Besoin d’être conseillé.e pour une réorientation ?

Echec en 1ère année du PASS ou de L.AS : quelles alternatives ?

Vous avez échoué au Parcours Spécifique Santé ou en Licence avec Accès Santé ?

Si vous avez malgré tout validé votre année (60 ECTS), il vous sera possible de poursuivre en L2. Et vous pourrez retenter votre chance (une seule fois) en fin de L2 ou de L3.

À suivre : Fin des Épreuves Classantes Nationales, l’autre volet de la réforme des études de santé

Avis vérifiés TonavenirPour choisir votre formation Santé, faites-vous accompagner par un.e spécialiste de l’orientation dans votre région