Devenir ingénieur après avoir tenté médecine : l’histoire de Maïlys

Yves Destribats est Conseiller en orientation scolaire dans les Landes (40). À une vingtaine de kilomètres de l’océan, non loin de St Jean de Luz, de Mont de Marsan et de Pau, Yves accompagne depuis maintenant 4 ans les jeunes qui lui confient leurs questionnements estudiantins. L’ancien enseignant en mathématiques a suivi près de 250 familles depuis son arrivée au sein du réseau Tonavenir.net. Malgré les sollicitations chaque année plus nombreuses, il reste plus que jamais passionné par l’hétérogénéité des problématiques d’orientation auxquelles il doit répondre. Chaque cas étant différent, les réponses apportées ne peuvent être que singulières. C’est la force et la spécificité de l’approche Tonavenir.net que d’appréhender chaque demande de façon personnalisée.

Après Arthur, dont nous avions évoqué il y a quelques mois les souhaits musicaux, c’est l’histoire de la réorientation de Maïlys Cazaux dont il est question aujourd’hui.

Les conseillers racontent

Pour comprendre en quoi consiste le travail d'un Conseiller en orientation scolaire chez Tonavenir.net, rien de mieux que d'évoquer des cas concrets. Régulièrement, l'un d'eux abordera sur ce blog une problématique particulière à travers le récit d'une expérience vécue.
L'occasion aussi d'interroger le jeune (et parfois sa famille) quant à ses objectifs, ses souhaits, ses projets d'avenir.

Faire des études d’ingénieur après 2 années de PACES

Quand elle fait la rencontre d’Yves Destribats en janvier dernier, Maïlys est en PACES pour la deuxième année consécutive. Les résultats des partiels viennent de tomber; ils n’offrent guère d’espoir pour la suite et confirment ce que la jeune fille de 19 ans avait pressenti dès la première année. Médecine fut un choix par défaut. L’option « à priori » de ces bons élèves de Terminale S qui n’ont pas véritablement d’idées précises en tête. La deuxième année de PACES ? Une manifestation d’entêtement motivée par l’envie de réussir à tout prix.

Autant dire que lors du premier entretien avec Yves, Maïlys témoigne d’une confiance en l’avenir digne d’un capitaine au long cours s’engageant pour une transatlantique sans carte, ni compas. Le cap vers la réorientation s’annonce incertain.

Yves Destribats raconte…

Perturbée par son échec en Paces, Maïlys avait peu d’idées en tête. Je me suis d’abord efforcé de la rassurer : sa situation n’était pas unique et loin d’être problématique compte-tenu de ses bons résultats scolaires passés. J’ai eu souvent à m’occuper de cas de réorientation plus complexes. J’ai ensuite expliqué à Maïlys et à sa maman, très impliquée dans la démarche, le processus que nous allions mettre en place dans les semaines à venir.

Sauf à souhaiter une simple inscription dans une université, le cas d’une réorientation offre l’occasion de se poser les bonnes questions afin d’éviter une nouvelle déception. La méthode Tonavenir.net s’inscrit dans un processus qui vise à donner tu temps au temps. Du temps pour aller au fond des choses, pour écouter, interroger, comprendre, analyser, révéler. Du temps aussi pour laisser le jeune murir son projet. Nos échanges lui permettent d’y réfléchir, de se projeter, de se renseigner… La réussite d’un choix d’orientation, autrement dit sa pérennité, se joue durant cette phase de réflexion au cours de laquelle le jeune fait sien ou non le projet qui lui est présenté et qu’il a co-construit avec le conseiller.

Un profil ingénieur

Le test effectué, son niveau scolaire et nos entretiens confirment l’hypothèse d’un profil d’ingénieur. Maïlys est une personne à la fois dynamique, manuelle, curieuse, compétitive, imaginative, avec une sensibilité artistique élevée.

Elle est réfléchie, mue par le besoin d’apprendre et de comprendre, avec une forte envie d’étudier, de se former, de raisonner et de résoudre des problématiques complexes. Un mélange d’intellectuel et de scientifique que la dimension « artiste » complète sur les plans de la capacité à chercher, à inventer, à innover.

D’autres voies ont été envisagées à la fin du 3e entretien (journalisme, droit, cinéma), mais la piste ingénieur était la plus appropriée dans la mesure où elle lui permettait de rebondir immédiatement, sans devoir attendre la rentrée de septembre.

Concernant la formation, Maïlys a opté pour ma proposition de privilégier une école plutôt généraliste, qui permettra de mettre à profit les deux premières années pour affiner un choix de spécialisation. En février 2016, elle a intégré une prépa implantée proposée par l’ISEN de Toulon, qui pourra lui ouvrir les portes des Grandes écoles, ou plus probablement des écoles du réseau FESIC telles que HEI Lille, Esigelec, ESEO…

À la fin de l’été dernier, Maïlys a terminé major de sa promo à l’ISEN.

devenir ingénieur

Maïlys Cazaux

Avec ton Bac S les perspectives d’études post-bac étaient larges; pourquoi t’être inscrite en Paces ?

Je voulais devenir docteur.

Dans quel état d’esprit étais-tu lorsque tu as rencontré Yves pour la première fois ?

J’étais motivée à trouver une voie me correspondant plus.

Comment vos entretiens se sont-ils déroulés ? En quoi t-a-t-il été utile ? Que retiens-tu de vos échanges ?

Yves m’a mise à l’aise dès le début. Il est très accueillant et j’ai l’impression qu’il a vite deviné comment je fonctionnais. Il m’a aidée à réfléchir posément et trouver des écoles très rapidement. Je retiens son calme, son professionnalisme et son habileté à exploiter nos conversations en détail pour construire un dossier complet nous correspondant.

Tu fais aujourd’hui une prépa à l’ISEN de Toulon; es-tu satisfaite, épanouie dans cette nouvelle filière d’études ? Et as-tu une idée de ce que tu feras ensuite ?

Je me trouve beaucoup plus à l’aise dans ce milieu plus « scolaire ». Je suis dans une classe avec une bonne ambiance, et la plupart des professeurs est vraiment là pour nous aider. Je ne sais pas encore vers quelle spécialisation je me tournerai car les possibilités sont très vastes, mais je me sens déjà plus dans mon domaine.

2018-06-13T21:16:49+00:00