Depuis le 16 mars, les cours ont jusqu’à nouvel ordre pour seul et unique cadre un écran d’ordinateur. En France, l’enseignement à distance est devenu la règle pour 6,7 millions d’écoliers, 3,4 millions de collégiens, 2,3 millions de lycéens et plus de 2,7 millions d’étudiants.

Planning scolaire et modalités de suivi des cours chamboulés, disparités des moyens d’accès (ordinateurs, connection Internet…) d’un foyer à l’autre… Pour ces quelques 15 millions d’enfants, d’adolescents et de jeunes adultes, le confinement impose de nouveaux rythmes de vie et d’apprentissage.

Suivez l’actualité de l’orientation et de la formation durant le confinement sur le groupe Covid-19 by Tonavenir

Comment les collégiens, les lycéens et les étudiants vivent-ils le confinement ? Réponse en vidéo…

Collégiens, lycéens, étudiants en confinementEn dépit des moyens mis en place pour assurer la « continuité pédagogique », il n’est pas toujours aisé de s’adapter à cette nouvelle façon d’apprendre et de réviser.

Pas simple non plus de penser à son orientation scolaire en pareille situation lorsque c’est nécessaire.

Quant au risque de décrochage scolaire de certains élèves, il serait redouté par de nombreux enseignants, selon une enquête récente de l’association Synlab.

Comment se déroulent les cours à distance ? Comment s’organise le quotidien ? Comment le confinement est-il vécu ?…

Jusqu’à la fin de cette situation inédite due au Covid-19, nous donnerons la parole à ces jeunes afin qu’elles et ils nous racontent leur existence d’apprenant confiné !

Dimanche 10 mai 2020. 56e jour de confinement

Adrien, 16 ans, lycéen confiné en Martinique (972)

Comme beaucoup d’entre nous, Adrien rêve de déconfinement. Un isolement sans doute d’autant plus difficile à vivre que cet élève de terminale S habite « l’île aux fleurs ». Même en profitant d’un jardin, pas facile de résister aux sirènes d’un océan tout proche. La parenthèse lui a cependant permis d’affiner ses choix d’orientation grâce aux conseils de Consuela. Des conseils qui ont manifestement ravi le futur ingénieur…

Les vidéos précédentes

Anna, 17 ans, lycéenne confinée en Seine Maritime (76)

Anna est en 1ère Générale au lycée Anguier situé dans le petit village de Eu. Après son baccalauréat, la jeune fille envisage de suivre des études de médecine. Malgré les difficultés et les contraintes qu’implique cette nouvelle façon d’apprendre, Anna travaille d’arrache-pied pour y parvenir. Ce qui ne l’empêche pas d’aider son père agriculteur si besoin…

Sam, 17 ans, lycéen confiné à St Cloud (92)

Scolarisé en terminale S à l’École Internationale Bilingue à Paris, Sam suit les cours depuis la maison familiale comme s’il était au lycée. De son point de vue, peu de changement donc au regard du rythme soutenu imposé par l’école. Visio-conférences, pauses et récréations s’enchaînent de 8h à 18h. Sam n’en a pas moins hâte de retrouver sa vie d’avant… et de revoir sa petite amie et ses copains !

Anna, 18 ans, étudiante confinée à Meudon (92)

Étudier le droit à distance n’était pas une perspective qu’envisageait Anna. Travaux Dirigés en direct, cours pré-enregistrés par les professeurs… malgré quelques soucis d’accès pour certains, la jeune fille s’est adaptée. Elle a validé les partiels du 1er semestre et espère passer en seconde année.

Paul, 17 ans, lycéen confiné à Metz (57)

Paul, scolarisé en terminale S au lycée Georges Delatour de Metz. n’est pas spécialement un adepte du confinement scolaire. Avec beaucoup de lucidité, le jeune homme n’en reste pas moins conscient des changements qu’a engendré cette situation inédite :

Je ne dis pas qu’il faut rester confiné mais si on pouvait garder certaines des choses qui se sont produites et prolonger les efforts pendant cette période et bien ça pourrait être une bonne chose pour la planète.

Margot, 17 ans, lycéenne confinée à Thionville (57)

Margot a été conseillée par Marielle Petit. Elle est en terminale ES et aura le bac avec mention. Le contrôle continu n’aura pas d’incidence négative sur l’obtention du diplôme. La jeune fille est en revanche plus circonspecte concernant les concours d’écoles de commerce, annulés en mars dernier. Margot attend de savoir si son dossier sera retenu dans l’une des écoles qu’elle a présentées.

Raphaël, 15 ans, collégien confiné à Boulogne-Billancourt (92)

En temps normal, Raphaël étudie au collège Dupanloup dans les Hauts de Seine. Pour cet amateur et joueur de rugby, le confinement est parfois difficile à vivre en raison des problèmes relatifs aux cours qui arrivent tardivement ou aux devoirs dont le niveau serait un peu trop élevé. Vivement la fin !

Emma, 15 ans, collégienne confinée à Houilles (78)

Emma est scolarisée en 3e au collège Lamartine. Des sessions à distance, l’adolescente n’en a pas beaucoup hormis en français et en mathématiques. Les cours à réviser sont envoyés via Pronote. Ce sont plutôt des devoirs qu’elle doit rendre. Ce qui laisse à la jeune fille du temps entre autre pour dessiner…

Simon, 17 ans, lycéen confiné à Houilles (78)

Simon est en terminale Economique & Social. Le bac, il n’aura finalement pas à le passer. Comme l’a annoncé Jean-Michel Blanquer, « les épreuves terminales seront validées sur le fondement du livret« . Pour Simon cela ne devrait pas être un souci. Mais le jeune homme s’interroge : aura-t-il une mention ?

Ela, 21 ans, étudiante confinée à Saint-Cloud (92)

Ela est étudiante en économie à Dauphine. Elle a dû interrompre son semestre d’échange à l’université de Boston en raison du coronavirus. Ce ne fut pas de gaité de coeur ! C’est dorénavant à distance, depuis chez elle, qu’elle suit ses cours et qu’elle passera ses examens…

Contact

Tonavenir à distance

Réfléchir à son orientation dès la seconde, lister les pistes d’études et de formations post-bac qui vous correspondent, envisager une réorientation, préparer un oral, formaliser un cv… durant toute la durée du confinement, les Conseillers et les Conseillères du réseau Tonavenir prodiguent dorénavant leurs conseils à distance avec le même engagement.

Qu’il s’agisse de faire le point sur les solutions concrètes disponibles dans les semaines et les mois à venir ou de prendre le temps de penser à ce que vous pouvez envisager pour la suite, ce contexte contraint doit être vu comme une opportunité d’avancer et de construire son parcours. Parce qu’il y aura assurément un après Covid-19.

Pour en savoir plus sur la façon dont ils et elles peuvent vous accompagner, contactez-les directement !

Contact