Il ne faut pas s’y tromper : le nouveau site lancé il y a quelques jours par le Ministère de l’Education en partenariat avec l’ONISEP n’a aucunement vocation à aider l’élève de seconde à s’orienter.

Les esprits taquins seront même tentés d’affirmer qu’en révélant l’étendue des choix qui s’offre à lui, Horizons 2021 tendrait même à plonger le lycéen circonspect dans un abîme accru de perplexité.

Mais après tout, le nom donné à cette nouvelle application ne traduit-elle pas la nature des enjeux pris en compte ? Tout comme l’horizon céleste, l’horizon des formations envisageables demeure vaste.

Autrement dit, pour chaque combinaison de spécialités, la plateforme énumère les filières de formation disponibles et suggère un certain nombre de métiers qui s’y rattachent. La plateforme ne permet pas en revanche d’affiner l’orientation professionnelle et les formations post-bac spécifiques qu’elle requiert.

Horizons 2021 : pour s’orienter en seconde

Destiné aux élèves de seconde qui souhaitent s’orienter en voie générale, Horizons 2021 s’ouvre sur une page en deux parties :

  • À gauche, la liste des 12 enseignements de spécialités parmi lesquelles les lycéens devront sélectionner leurs 3 préférences. Un descriptif de chacun d’eux est accessible sous cette liste.
  • À droite, les 9 « horizons post-bac » suggérés en fonction des 3 spécialités choisies. Une synthèse des différentes formations proposées et des attendus qui leur sont associés est aussi disponible en fin de liste.

orientation après la seconde

Étape 1 : sélectionner 3 enseignements de spécialité

Le jeune est invité à tester autant de combinaisons de spécialités qu’il souhaite en cliquant sur 3 d’entre elles. À chaque spécialité est associé entre deux et trois horizons possibles.

Une fois la sélection des 3 spécialités effectuée, l’algorithme arbitre. La combinaison des 3 spécialités choisies ne débouche pas sur la somme des horizons qui leur sont greffés.

Le cumul de 3 spécialités peut même offrir jusqu’à 7 horizons possibles sur les… 6 disponibles !

Ainsi, quand les spécialités « Arts« , « Sciences de la vie et de la terre » et « Sciences de l’ingénieur » sont sélectionnées, 7 horizons sont proposés contre 6 théoriquement envisageables. Beugue ?

En revanche, quand les spécialités « Humanités, littérature et philosophie » et « Langues, littératures et cultures étrangères » sont sélectionnées avec « Sciences de l’ingénieur », seuls 2 horizons apparaissent (Lettres, langues et communication d’une part, Droit et sciences politiques d’autre part) contre 6 théoriquement envisageables.

Certaines spécialités seraient-elles écartées dès lors qu’elles se distinguent trop fortement des 2 autres plébiscitées ?

orientation après la seconde

Étape 2 : découvrir les horizons associés à une combinaison de 3 spécialités

Pour appréhender ce nouvel outil, nous avons sollicité Justine. Justine est l’avatar d’une lycéenne imaginaire de seconde. Supposons que Justine s’intéresse un peu à l’écologie. Imaginons qu’elle aime aussi les possibilités qu’offre Internet pour accéder à des sources variées d’informations sur ses sujets de prédilection.

Le souci de Justine, c’est qu’elle n’a aucune idée précise, ni d’ailleurs aucune connaissance des métiers qu’elle pourrait et/ou aimerait exercer. Et encore moins des formations qui pourraient lui convenir.

Pour éclairer ses choix, Justine a donc choisi les 3 spécialités susceptibles de coïncider avec ses centres d’intérêt, révélant concomitamment les horizons qui leur correspondent sur la partie droite.

Assez logiquement, elle opte pour Biologie-écologie, Numérique et sciences informatiques, Sciences de la vie et de la terre. Quatre horizons lui sont alors proposés : Sciences du vivant et géosciences; Santé; Sciences, technologie, ingénierie et mathématiques; et enfin Sciences informatiques et industrie du numérique.

En cliquant sur chacun des horizons qui s’affichent, elle peut alors visualiser les nombreuses formations envisageables et quelques dizaines de suggestions de métiers possibles.

Le large éventail des opportunités offertes pourrait suffire à convaincre Justine que cette combinaison d’enseignements de spécialité est la plus adaptée. À ceci près qu’il s’agissait d’hypothèses. Et que, peut-être, Justine pouvait avoir d’autres centres d’intérêt qu’il convenait d’identifier.

En définitive, toutes les Justines indécises de France auront à opérer un choix parmi 220 combinaisons possibles.

Étape 3 : l’orientation post-bac reste à définir…

Certes, on ne pourra pas reprocher à la « machine » de brider le champs des possibles. Les formations et les métiers à la fois pléthoriques et hétéroclites envisageables le démontrent.

Mais sur quels critères choisir entre un BTS et un DUT, une licence ou une préparation scientifique ? Et pour exercer quel métier ensuite ? L’usage de la calculette mis à part, peu de points commun entre un Ingénieur de production et un Géophysicien.

Les limites du système conduisent d’ailleurs ses concepteurs à suggérer la découverte d’une autre plateforme « pour aller plus loin ». Bien qu’il ne soit pas davantage la panacée, le site secondes 2018-2019 apparaît comme un complément d’informations sur les métiers et les formations post-bac.

Horizons 2021 ne peut être substitué au conseil personnalisé en orientation après la seconde

conseiller en orientation scolaire Pau

Site ergonomique, et guidé par le bon sens, mais qui garde de la complexité d’interprétation (imprécision des filières) et pas exhaustif (qui peut l’être?) dans les propositions d’études et de métiers. Dans certaines marges il faudra être prudent : ex dans le cas d’une prépa B/L en vue, il ne faudra surtout pas négliger la spé Math, à mon avis. Alors que le site peut indiquer « prépa littéraires » (sans distinction A/L ou B/L) même sans la spé math.
Pour ma part je partirai du principe que mes élèves l’auront consulté (ils y auront été invités au lycée), et donc j’inscrirai mon travail dans le sens de bien le décrypter, le compléter, illustrer et traduire les propositions en écoles et filières précises, avec leurs exigences en termes de résultats. Et donc plus que jamais en stimulant les élèves dans leur scolarité : filières courtes s’il le désire ou s’il « échoue » dans ses 2 prochaines années, avec l’éventuelle concurrence des filières techno dans ce cas, Bac + 5 s’il choisit (et s’il en a la capacité) de s’investir.
Bref, la composante « personnalisée » de notre métier est, plus que jamais, d’actualité.
Yves Destribats – Conseiller d’orientation Tonavenir à Dax, Bayonne, Côte Basque

jean-marc Abadie conseiller d'orientation Pau

Utile pour une première approche.
Les « horizons » proposés sont larges et vagues.
Ils ne fournissent pas les secteurs/métiers et formations vers lesquels les choix de spécialités orienteront de manière plus favorable.
Par ailleurs les options ne sont pas abordées. Or l’option « Math Complémentaires » va avoir une influence certaine du fait de l’absence des maths dans le tronc commun.
Par exemple pour STAPS et PACES : SVT-PC-Math Complémentaire
Le site ne permet pas (pour l’instant…) cette finesse de conseils pour le choix.
Jean-Marc Abadie – Conseiller d’orientation Tonavenir Tarbes-Pau

Parlez-en avec un(e) Conseiller(ère)
dans votre région