• tireur d'élite

Faire l’armée c’est s’engager dans un parcours du combattant !

Si la discipline, le respect de la hiérarchie et l’engagement patriotique restent associés à l’image que l’on peut se faire du métier de soldat, pour autant, celui-ci n’implique pas systématiquement le port de la seyante tenue kaki de camouflage, les réveils hivernaux à 2h du matin pour un parcours du combattant qui n’en finit pas ou le pataugeage en marais boueux. Contrairement à certaines idées reçues, faire l’armée ne se résume pas à occuper un poste dans l’un des 3 corps que constituent l’Armée de Terre, la Marine nationale ou l’Armée de l’Air. L’État offre de nombreuses opportunités professionnelles y compris en tant que personnel civil et dans des domaines très variés. Il suffit pour s’en convaincre de regarder les spots publicitaires réalisés depuis quelques années pour le Ministère de la Défense.

La Défense nationale est le 2e poste de dépenses derrière celui de l’Enseignement scolaire (le 3e si on inclue ce que l’on nomme pudiquement les « engagements financiers de l’état »). Il nécessite bon an mal an une trentaine de milliards d’euros (hors pensions). Et chaque année, 20.000 jeunes se voient offrir la possibilité de s’engager dans une carrière militaire.

faire l'armée

© JJ Chatard-DICoD

Plusieurs voies vous sont ouvertes. De médecin à cuisinier en passant par juriste, mécanicien, informaticien, contrôleur de gestion ou ingénieur en génie civil, il existe des milliers d’emplois disponibles et répertoriés très précisément dans ce que le ministère nomme le Référentiel Emploi Ministériel (REM). Par ailleurs, les nombreuses formations proposées font aujourd’hui encore de l’armée un puissant vecteur d’intégration et de promotion sociale au profit de celles et ceux qui sont issus de milieux moins favorisés. Mais si une carrière dans l’armée vous attire, sachez qu’il n’est pas vraiment aisé de trouver des informations claires parmi la profusion de documents mis à disposition sur le web.

Conditions d’accès, modalités de candidatures, formations et postes disponibles… Pour y voir plus clair que Lucie, dont les velléités de tireur d’élite prêtent à circonspection, voici quelques éléments de réponse aux questions que vous vous posez peut-être si vous visez un poste au Ministère de la Défense.

S’engager dans l’armée en 3 étapes

Quels que soient vos ambitions professionnelles et votre niveau de formation, s’engager implique de suivre le processus mis en place de façon spécifique par chaque corps d’armée. Que vous envisagiez d’intégrer la marine nationale, l’armée de l’air ou l’armée de terre, 3 grandes étapes vont jalonner votre parcours :

Information : choisir de faire l’armée n’est pas une démarche anodine; selon le contrat pour lequel vous optez (volontariat, engagement…), selon vos envies, vos capacités, votre motivation… Il est important de vous assurer que votre vision est en phase avec les réalités du métier. Durant cette phase, vous rencontrerez un conseiller qui répondra à toutes vos questions… Et vous en posera !
Première chose à faire : prenez contact avec l’un des CIRFA (Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées) présents sur tout le territoire. Chaque armée dispose de son dispositif de recrutement.
Armée de Terre
Armée de l’Air
Marine Nationale

Évaluation & Orientation : aptitudes physiques et psychologiques, formation suivie voire envisagée, souhaits personnels… C’est le moment d’échafauder votre projet professionnel; le moment de savoir si votre phobie de l’eau est compatible avec un poste de quartier-maître sur un navire de guerre; le moment de vérifier qu’il existe des postes à pourvoir correspondants à votre profil. Au regard de ces éléments, il pourra être ou non possible de créer un dossier de candidature.

Décision : ultime étape de votre parcours de recrutement, le passage en commission nationale déterminera si votre candidature est retenue. Dans l’affirmative vous signerez votre contrat d’engagement et démarrerez votre circuit d’incorporation. Dans le cas contraire, il reste possible de solliciter un nouvel entretien pour élaborer un projet plus adapté.

Faire l’armée sans devenir militaire

Le maniement quotidien du fusil mitrailleur et de la grenade à fragmentation n’est pas un passage obligé pour ceux qui n’ont décidément guère d’appétence particulière pour les pérégrinations tumultueuses des soldats de terrain. Rassurez-vous : il est possible d’exercer votre métier en tant que civil au Ministère de la Défense. Plus de 60.000 hommes et femmes occupent des fonctions administratives, sociales, paramédicales ou techniques aux côtés des militaires. Les postes proposés nécessitent le plus souvent le passage d’un concours de la fonction publique. Pour certaines missions ou certains domaines particuliers, il arrive aussi que des jeunes diplômés soient recrutés en qualité « d’agent sous contrat ».

Faire l’armée sans le Bac ?

C’est possible. Vous pouvez vous engager dans l’armée en qualité de « militaire de rang » y compris avec un CAP, un BEP ou un Brevet des Collèges. Et rien ne vous empêche de progresser en profitant d’une promotion interne ou en poursuivant une formation au sein de l’armée. Que vous soyez fille ou garçon, il vous suffira d’être français, d’avoir l’âge requis (il varie selon le métier pour lequel vous postulez), de jouir de vos droits civiques (en particulier d’avoir effectué votre Journée Défense et Citoyenneté) et d’avoir été reconnu apte à vous engager par l’une des commissions nationales.

Si vous êtes titulaire d’un Bac+2, vous pourrez devenir sous-officier et officier au-delà, en passant par une classe préparatoire puis une grande école militaire.

Et vous votre avenir vous le voyez bien net ?

Besoin de conseils pour faire l’armée : contactez l’un des conseillers en orientation du réseau tonavenir.net à proximité de votre domicile.

2018-06-13T21:16:54+00:00