Certains s’y rendent pour ses plages ensoleillées, pour ses délicieuses tapas, pour ses cathédrales, ses basiliques et ses châteaux, ou encore pour ses soirées festives et animées. D’autres pour y étudier. Cette dernière raison n’excluant par les autres ! L’Espagne est à n’en pas douter une destination courue quelles que soient les motivations de ses visiteurs.

Chaque année, les jeunes français sont en moyenne entre 3000 et 5000 à partir étudier en Espagne, notamment par le biais d’un échange Erasmus. Etudes de santé, commerce, architecture, ingénierie… l’Espagne ayant adhéré au processus de Bologne, il est théoriquement possible de suivre n’importe quelle formation supérieure en Espagne.

Faire ses études en Espagne nécessite toutefois quelques précisions qui pourront se révéler utiles.

étudier en espagne

Le système post-bac en Espagne

Comme en témoigne les récentes velléités d’indépendance de la Catalogne, l’Espagne est divisée en provinces autonomes depuis la fin de la dictature Franquiste. Sur le plan éducatif, cette particularité offre une grande liberté d’organisation aux quelques 84 opérateurs régionaux de l’enseignement supérieur (une cinquantaine d’universités publiques, les autres privées et en majorité catholiques). Notamment en ce qui concerne les modalités d’inscription, qui varient sensiblement d’un établissement à l’autre et pour lesquelles aucun équivalent du nouveau Parcoursup n’existe.

Pour accéder à une formation post-bac en Espagne, un étudiant de l’Union Européenne doit faire homologuer son ou ses diplômes et les documents attestant de son autorisation à étudier dans son pays d’origine. Cette homologation est prise en charge par l’UNED (Universidad Nacional de Educación a Distancia), qui lui délivrera un « credential de acceso ». Elle nécessite de s’assurer au préalable que l’université choisie est bien affiliée à cet organisme.

Le système LMD version espagnole se décline à peu près comme en France :

  1. Le Grado, proche de notre licence, s’obtient toutefois le plus souvent en 4 ans et est ouvert aux études de sciences, de médecine, d’arts, de sciences sociales, de droit, d’ingénierie et d’architecture,
  2. Le Master oficiales requiert 240 ECTS (contre 180 en France), dure un à deux ans et vous créditera de 60 à 120 ECTS selon la durée choisie,
  3. Le Doctorado s’obtient en trois ans et équivaut à notre Doctorat.

Etudier en Espagne : formation espagnole publique ou privée ?

C’est sans doute la première question à se poser avant d’envisager de suivre une formation en Espagne.

faire ses études en espagneNathalie Sanchez, fondatrice de Francespagne Education et ancienne responsable du service des examens au Lycée Français de Madrid, connaît bien les processus d’inscription hispaniques. Elle accompagne aujourd’hui les jeunes français qui souhaitent partir étudier en Espagne dans un établissement privé.

Le système public espagnol est assez difficile à intégrer pour un étudiant post-baccalauréat étranger puisqu’une sélection à l’entrée prend en compte les notes obtenues à un examen spécifique appelé « selectividad », que préparent et passent les lycéens espagnols. Si la filière choisie est une filière sélective, voire très sélective comme le sont celles qui préparent à l’exercice d’une profession médicale ou para-médicale il faudra certainement envisager une autre option.

Le système privé espagnol est beaucoup plus développé qu’en France et les Espagnols ont une tradition beaucoup plus proche de ce que l’on a l’habitude de rencontrer dans les pays Anglo-Saxons ou aux Etats-Unis qu’en France. Le premier paramètre à vérifier est l’autorisation officielle accordée par l’Etat espagnol afin de délivrer des enseignements conformes à l’obtention d’ETCS qui permettront l’obtention de diplômes reconnus. Pour cela, une mention est obligatoire sur les documents publicitaires ou d’information et doit faire état de « La ley organica de Universidades » avec un numéro et une date qui permettent de faire les vérifications nécessaires sur le site du Ministère espagnol de l’éducation.

Faire ses études en Espagne… et en espagnol !

faire ses études en espagneBien que depuis 2013, la réforme du système éducatif instituée par la loi Wert ait relégué les langues régionales au rang d’options, le castillan, langue officielle du pays, reste un pré-requis incontournable pour étudier en Espagne.

Pour vous inscrire dans une université espagnole, vous devrez produire dans la majorité des cas les résultats d’un test de langue officiel attestant d’un niveau B1 au minimum (Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues mis au point par l’Union Européenne) :

  • Le Diplôme Espagnol Langue Etrangère (DELE),
  • le Service International d‘Evaluation de la Langue Espagnole (SIELE),
  • ou un test spécifique à l’université sélectionnée.

Financer ses études en Espagne

En Espagne comme ailleurs, le financement des études supérieures reste un enjeu pour un étudiant étranger. Si les tarifs pratiqués par les établissements publics sont comparables à ceux exigés en France, il en va différemment des prix du privé. Lesquels peuvent varier de 8/9.000 euros à… 20.000 euros. Il est donc important de ne pas céder trop vite aux chants commerciaux des sirènes de l’enseignement supérieur privé.

Beaucoup n’hésiteront pas à utiliser des arguments forts et pas toujours exacts : par exemple ils peuvent vous inciter à vous inscrire en urgence en janvier en vous disant qu’il ne reste que peu ou pas de place alors que l’on constate tous les ans que des solutions existent, même dans ces universités, beaucoup plus tard dans l’année scolaire.

Explique Nathalie Sanchez.

Avant de s’engager, il convient de vérifier certains aspects importants, tels que la reconnaissance par l’Etat des diplômes proposés, la qualité effective des cours prodigués, des infrastructures et du matériel mis à la disposition des étudiants… Voire l’importance plus ou moins grande accordée par certains établissements aux enseignements religieux.

Quelques sites utiles :

© Photos : Francespagne Education / unsplash.com