• tonavenir.net studyrama

Tonavenir.net – Studyrama : mariage de raison

Oscar Wilde disait que « la meilleure façon de résister à la tentation c’est d’y céder ». Il y a quelques semaines, Jean-Cyrille Boutmy, Président-fondateur du Groupe Studyrama, a succombé avec enthousiasme à l’envie de s’associer avec le réseau Tonavenir.net créé par Sophie Laborde-Balen.

Les dirigeants de Tonavenir.net et de Studyrama avaient de bonnes raisons d’envisager ce rapprochement.

Démarrée il y a seulement 6 ans à une époque où le conseil en orientation privé tenait plus de l’odieuse secte que de la vénérable institution philanthropique, l’activité de Tonavenir.net s’est malgré tout imposée dans le paysage éducatif français.

Les carences des pouvoirs publics en la matière ne sont sans doute pas étrangères à cette réussite. Mais c’est avant tout en répondant avec pertinence et efficacité à un besoin de plus en plus prégnant de la part des familles, que celles-ci ont compris l’avantage de consulter des femmes et des hommes maitrisant les rouages, les pièges et les contraintes des innombrables filières de formation hexagonales et internationales. L’approche 100% personnalisée mise en place par Sophie Laborde-Balen pour Tonavenir.net a aujourd’hui convaincu plus de 10.000 jeunes dans l’impasse.

Décupler le nombre de Conseillers d’orientation pour répondre à tous

Encore trop peu ! Dirait cette mère entrepreneuse de 4 enfants. Fort de ses 20 Conseillers d’orientation partout en France, Sophie Laborde-Balen souhaiterait pouvoir répondre à toutes les demandes qu’elle reçoit en trouvant d’autres conseillers. L’association avec Studyrama rendra possible cet objectif de développement.

séminaire réseau tonavenir.net

Séminaire bi-annuel des Conseillers Tonavenir.net

Référence dans l’univers des contenus dédiés à la formation et aux métiers, le groupe de Jean-Cyrille Boutmy a gagné sa crédibilité en proposant des dizaines de milliers d’articles actualisés régulièrement, autour de ces sujets. En l’espace de 25 ans, Studyrama a su construire un savoir-faire reconnu à travers ses nombreuses activités spécialisées : 100 salons autour de la formation, un millier d’ouvrages aux Editions Studyrama/Bréal, plus de 20.000 points de contact dans l’hexagone…

Le leadership de Studyrama, le savoir-faire spécifique de Tonavenir.net et la complémentarité des thèmes qui intéressent les deux entreprises rendaient opportun ce partenariat, qui devrait faciliter l’expansion du réseau des Conseillers en orientation dans les années à venir.

TONAVENIR.NET / STUDYRAMA : ENTRETIEN AVEC SOPHIE LABORDE-BALEN


P
ourriez-vous expliquer ce qui vous a séduit chez Studyrama ? Pourquoi avoir accepté ce rapprochement ?

sophie laborde-balen tonavenir.net5 critères m’ont convaincue : la notoriété et le sérieux de Studyrama dans le domaine de l’orientation scolaire, l’opportunité de bénéficier des moyens de communication nationaux, l’intérêt de notre présence exclusive dans les salons Studyrama, la taille humaine du groupe Studyrama, le contact aisé avec son dirigeant et les membres du groupe.

Selon une étude très récente publiée par l’Ifop*, un parent sur 2 ayant un enfant en Terminale estimerait être mal informé en matière d’orientation post-bac; que vous inspire ce constat ?

Malheureusement, les conseillers Tonavenir.net peuvent effectivement faire ce constat. Nous recevons chaque jour des lycéens qui pour la grande majorité sont totalement perdus et des familles inquiètes parce que confrontées à une multitude d’interrogations au moment crucial de l’orientation scolaire. Il me semble que les raisons sont nombreuses, à commencer par le manque de moyens financiers débouchant sur un nombre très limité de conseillers d’orientation dans les lycées et sur l’impossibilité d’apporter des informations personnalisées aux adolescents et à leurs familles. L’afflux régulier de nouvelles formations ne vient pas simplifier les choses.

Vous avez démarré votre activité en 2009 et rencontré plusieurs centaines de jeunes et de parents : en l’espace de 7 ans, avez-vous noté des changements ? Les questions, les craintes, les sujets… Des uns et des autres ont-ils évolué ?

J’ai pu effectivement noter quelques changements depuis le début de mon activité notamment concernant l’appréhension de ce nouveau métier. L’accroissement du nombre de conseillers Tonavenir.net et du nombre de « coachs » individuels en orientation ces dernières années ainsi que l’intérêt des médias pour ce sujet, se sont chargés de faire découvrir au grand public l’existence de cette nouvelle activité. En 2016, les familles se sentent donc moins seules et savent désormais que notre service existe. C’est une grande différence par rapport au début de mon activité en 2009 où, je dois le dire, les personnes avaient du mal à cerner ce que je faisais.

Autre changement, l’inquiétude des jeunes pour leur avenir. La crise de 2008 leur a fait prendre conscience de l’importance d’une bonne orientation. Les parents savent désormais que rater son orientation scolaire coûte cher et que les voies vers une réorientation sont limitées et le plus souvent complexes. J’ai noté enfin que de nouvelles orientations ont le vent en poupe notamment les études vers les métiers des multimédias. Nous tenons bien évidemment compte de ces évolutions.

Avec environ 1 Conseiller d’orientation pour 1600 élèves du secondaire et la fermeture de plusieurs CIO au cours des mois passés, les problèmes liés à l’orientation ne semblent pas en passe de s’améliorer. Pourtant, et alors que le Ministère ne voit pas d’inconvénient à solliciter le privé pour certains aspects (cf. Microsoft) ou à recommander plus d’interactions avec le monde de l’entreprise, la solution consistant à solliciter, peu ou prou, des Conseillers d’orientation privés reste tabou. Les choses pourraient-elles selon vous changer dans les années à venir ?

Effectivement, l’éducation nationale est un « monstre » que personne n’ose toucher. Pourtant nombreuses sont les améliorations à effectuer notamment dans le domaine de l’orientation scolaire que Tonavenir.net connait particulièrement. Je trouve dommage, voir néfaste pour les jeunes, qu’en période de restriction budgétaire, de fermetures de CIO et de nombre limité de conseillers d’orientation, la fonction publique ne se tourne pas (enfin) vers les organismes privés. J’en déduis donc que la guerre public-privé continue d’exister au détriment du bien-être de nos enfants… C’est à se demander où sont nos priorités. J’espère à l’avenir voir s’amorcer des changements mais je crains malheureusement que cette bataille ne soit pas facile à gagner.

Comment voyez-vous Tonavenir.net dans les 5 ans à venir ? Ou plus exactement, à quoi ressemblerait le réseau idéal à vos yeux ?

Je souhaiterais que dans 5 ans, Tonavenir.net ait pu bénéficier d’une plus grande notoriété et d’un plus grand nombre de conseillers en France et à l’international afin de répondre à toutes les demandes des jeunes et des parents. Mais il est au moins aussi important pour moi que le réseau conserve les valeurs humaines qui ont présidé à sa réussite. Ma priorité aujourd’hui est de préserver cette continuité dans la qualité du service rendu aux familles, dans les valeurs que nous défendons et qui font notre force et notre singularité, ainsi que dans la solidarité qui existe entre les membres du réseau Tonavenir.net et qui rend, à mon avis, l’exercice de cette profession fort plaisant !

* Source : étude de l’Ifop d’octobre 2016

2018-06-13T21:16:50+00:00