Certains l’ignorent sans doute : la grande majorité des métiers susceptibles d’être exercés d’ici à 2030 n’existe pas encore. Selon une étude réalisée par l’entreprise Dell Technologies en collaboration avec le think tank californien Institut pour le futur, ces nouvelles activités professionnelles représenteraient même 85% des l’ensemble des métiers qui seront disponibles dans une dizaine d’années.

Révolution numérique, automatisation, robotisation, Intelligence Artificielle, réalité virtuelle… constituent les principaux moteurs de ces transformations attendues sur le marché de l’emploi.

Quelles sont les conséquences liées à l’apparition de ces nouveaux métiers ?

L’apparition de ces nouveaux métiers et professions ou fonctions nouvelles auront deux implications importantes :

  1. nécessité d’une mobilité professionnelle accrue; le Ministère du Travail Américain estime ainsi à une dizaine le nombre d’emplois qu’auront eu les étudiants d’aujourd’hui à l’horizon 2030,
  2. capacité à se former tout au long de la vie; la rapidité avec laquelle les technologies au sens large évoluent rend ces facultés d’adaptation et « d’agilité » incontournables.

Il avait fallu cinquante-quatre ans à l’avion pour conquérir un quart de son marché potentiel (aux États-Unis), le téléphone a mis trente-cinq ans, la télévision, vingt-six ans : l’ordinateur personnel, lui, l’a conquis en quinze ans, le téléphone portable en treize ans et Internet en sept ans seulement. Ainsi, l’environnement économique, industriel, technologique est devenu plus changeant, voire plus chaotique, qu’il ne l’a jamais été. L’horizon de prévisibilité économique se rétrécit sans cesse. Dans ce contexte, il est toujours plus difficile de prévoir quels seront, dans dix ou quinze ans, les besoins précis en matière de qualifications.
Nico Hirtt – Université globale, université marchande, quelles évolutions en cours ?

nouveaux métiers d'avenir

De l’avis de Kaspersky Lab, spécialisée dans la cyber sécurité des entreprises, qui a réalisé une enquête sur le sujet, près d’un étudiant français sur 2 serait au fait de ces mutations à venir et parfaitement conscients de se former aux pré-requis qu’ils supposent.

Data scientist, Growth hacker, UX designer… de nombreuses écoles, dans l’ingénierie en particulier, intègrent déjà ces évolutions futures en offrant à leurs étudiants l’opportunité d’accéder à des métiers recherchés par les employeurs et dont les particularités devraient encore évoluer dans les années à venir.

Une inspiration opportune si l’on en croit les statistiques provenant du marché de l’emploi Outre-Atlantique : l’année dernière les offres liées aux nouvelles technologies ont explosé de plus de 60%.

Au top 3 de ces offres d’emplois : la blockchain (+420%), l’IA (+150%) et la robotique (+25%).

Dans d’autres domaines, les Chief Happiness Officers, Facilitateurs, Coachs Agiles, Contract managers… émergent aussi au rythme des changements sociétaux ou professionnels déjà en cours.

L'exemple de l'Assistant médical

4.000. C’est le nombre de postes promis par Emmanuel Macron qui devrait être créé d’ici à 2022 dans le cadre de son Plan Ma Santé 2022.

Un « nouveau » métier qui s’inscrit dans la volonté de libérer du temps pour les médecins généralistes. Leurs missions intégreraient une partie purement administrative (prise de rendez-vous, accueil et gestion des dossiers des patients…), une autre plus « médicale » (pesée, prise de tension…).

nouveaux métiers d'avenirDans ce contexte d’évolution rapide des métiers et des compétences attendues, le choix d’une orientation sur-mesure et d’une formation adaptée est crucial.

Cet accompagnement doit permettre de cerner les desiderata des jeunes et leurs aptitudes personnelles, d’évaluer leurs résultats scolaires, de prendre en compte leurs contraintes spécifiques, afin de lister les métiers possibles et les formations envisageables.

Le processus nécessite une excellente connaissance des milliers de filières et de formations qui existent et évoluent régulièrement. La maîtrise de ces informations pléthoriques permet aux Conseillers du réseau de proposer les formations adaptées aux métiers envisagés.

Une adéquation gage de sécurisation du parcours étudiant.

Tour d’horizon de ces nouveaux métiers en préparation !

Outre les nouveaux métiers qui se développent aujourd’hui, certaines professions aux noms tout droit sortis d’un film d’anticipation devraient aussi apparaître dans les années qui viennent.

  • Psydesigner : il est un peu à l’Intelligence Artificielle (IA) ce que l’UX designer est au Web; il définira les modalités de collaboration, d’interaction entre l’homme et la machine; autrement dit, son rôle consistera à déterminer la « personnalité » d’un robot ou d’une application afin de la rendre compatible avec nos attentes.
  • nouveaux métiers d'avenirEgoteller : il intervient dans le prolongement de la mission du Psydesigner en définissant les spécificités concrètes de la personnalité imaginée par ce dernier. Language, émotions, postures… l’Egoteller conçoit, met en scène la façon dont s’articulera la relation homme/machine dans une perspective de proximité maximale.
  • Ethicien : parce qu’elle interroge sur la faculté de maîtrise et de décision de l’Homme face à la machine, l’IA peut, à juste titre ou non, inquiéter en raison de sa capacité d’auto-apprentissage. D’ores et déjà partie prenante des développements en cours au sein de certaines grosses entreprises, l’Ethicien doit à la fois faire coïncider les objectifs commerciaux et marketing liés à ces projets et en même temps veiller à sécuriser leurs implications.

On pourrait dire que l’intelligence artificielle (IA) est un ensemble de techniques permettant à des machines d’accomplir des tâches et de résoudre des problèmes normalement réservés aux humains et à certains animaux.
Yann LeCun – Chercheur en IA au Collège de France

  • Designer de réalité virtuelle ou augmentée : certes les formations d’Immersive design ou de design VR existent déjà. Mais les progrès en la matière sont tels que de nombreuses applications restent à inventer. Qu’il s’agisse de créer un habitat ou un espace de travail virtuel, de simuler un processus de déploiement industriel, de développer des outils de formation… la 3D constitue un secteur d’avenir.
  • Gestionnaire de drone : après avoir autorisé en 2014 et pour la première fois un vol commercial de drone jusqu’en Alaska commandité par la compagnie BP, les Etats-Unis ouvraient la voie à ce marché que convoitent ardemment les Uber, Google, CNN, Amazon et Fedex. Pour assurer la programmation, la sécurisation, l’entretien… de ces soucoupes volantes et autres drone-taxis qui ne manqueront pas d’envahir nos espaces aériens dans les années à venir, il fallait bien un Gestionnaire !
Image à la Une : projet réalisé par l’agence AKQA pour la Fondation Misk Global Forum