Dans son baromètre de janvier 2013, le site spécialisé Jobintree s’est intéressé non seulement aux petites annonces emploi les plus largement recherchées mais aussi aux offres qui n’intéressaient guère les candidats. Et manifestement, la crise n’empêchent pas certains de se détourner de postes que les entreprises souhaitent désespérément pourvoir.

Pour savoir dans quels secteurs les employeurs peinaient à recruter et quelles étaient les rares offres qui à l’inverse généraient nombre de candidatures, Jobintree a établi un second bilan basé sur les 25.000 annonces diffusées et le demi million de cv envoyés par le biais de son site au cours d’octobre à décembre 2012.

Classement des profils que les employeurs ont du mal à trouver :

  • ingénieur en informatique
  • tourneur/fraiseur
  • electromécanicien
  • ingénieur pour les bureaux d’étude
  • postes de maintenance et de Service après vente
  • spécialistes de l’administration système
  • dessinateur industriel
  • chaudronnier
  • menuisier
  • ou encore chargé d’affaires bancaire

Jobintree explique cette large désaffection en invoquant des raisons telles que : le peu d’attrait, la faiblesse de la rémunération ou la méconnaissance des pré-requis et des compétences demandées pour certains métiers.

Quant aux professions que d’aucuns souhaiteraient exercer mais qui n’offrent que peu de débouchés :

  • Hôtesses de caisse
  • Secrétaire
  • Assistante RH
  • Vendeur
  • Agent d’entretien
  • Animateur
  • Chef de rang
  • Magasinier
  • Secrétaire comptable
  • Laborantin

Comme le constate Jobintree dans son communiqué de janvier 2013, les professions peu demandées par les employeurs mais qui génèrent de nombreuses candidatures ne sont pas, loin s’en faut, des postes mirobolants; les postes nécessitant peu de qualifications y côtoient des emplois d’employés, principalement dans les secteurs des services.

Reste qu’en dépit des statistiques préoccupantes de l’emploi, quelques entreprises demeurent résolument optimistes. Jobintree évoque en particulier le dynamisme des mastodontes de l’industrie française, dans des domaines aussi différents que l’énergie, l’agroalimentaire ou le secteur pharmaceutique. Quand elles n’augmentent pas, leurs prévisions de recrutement ne faiblissent pas.

Source :
Baromètre Jobintree