Yves Destribats est Conseiller en orientation scolaire dans les Landes (40), à quelques kilomètres de Biarritz, de Bayonne et de Dax. Ingénieur de formation, l’ancien cadre de SONY entame un virage professionnel complet au début des années 90 et devient professeur de mathématiques. Pendant plus de 20 ans, Yves explique les fondements des nombres, de la géométrie… aux lycéens et aux collégiens de sa région natale. En 2012, fort de son expérience pédagogique et conscient des questionnements et des besoins en conseil que manifestent parents et élèves en matière d’orientation scolaire, il opte pour tonavenir.net. C’est dans ce contexte qu’il aide Arthur à se réorienter.

Les conseillers racontent

Pour comprendre en quoi consiste le travail d'un Conseiller en orientation scolaire chez Tonavenir.net, rien de mieux que d'évoquer des cas concrets. Régulièrement, l'un d'eux abordera sur ce blog une problématique particulière à travers le récit d'une expérience vécue.

L'occasion aussi d'interroger le jeune (et parfois sa famille) quant à ses objectifs, ses souhaits, ses projets d'avenir.

Comment faire pour se réorienter après des études de médecine ?

Contrairement à certaines idées reçues, un changement d’orientation scolaire n’est pas synonyme d’échec scolaire. Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, il est préférable de “perdre” quelques mois, voire quelques années pour trouver sa voie professionnelle et la formation qui y mène plutôt que de comprendre à un âge avancé que finalement explorateur c’eut été mieux que cadre supérieur.

Arthur Howa, 20 ans, vous le confirmerait. Après un Bac S obtenu en 2012, ce fils d’un père radiologue et d’une mère ophtalmologiste, largement encouragé par une famille comptant aussi de nombreux médecins, commence à Bordeaux ses études de… médecine ! Las, Arthur préfère manifestement le port du casque audio à celui du stéthoscope; il abandonne médecine juste avant les fêtes de Noël.

Yves raconte…

Début 2013, Arthur part 6 mois en Australie, puis revient en France pour s’inscrire dans une fac d’économie qu’il abandonne aussi, juste avant les vacances de la Toussaint. C’est sa maman qui insiste pour qu’il me rencontre. Je le vois seul dès novembre et tiens sa famille informée de nos échanges. Arthur est passablement déprimé. Il se lève tard et ses rapports avec ses parents ne sont pas toujours au beau fixe.

Au cours du processus que je mets en place avec son adhésion, progressivement, la phase “ni, ni” s’estompe et Arthur parvient à mettre le doigt sur ce qui l’intéresse vraiment. Il ose formuler ses aspirations propres. Ses parents comprennent qu’une formation d’ingénieur du son est susceptible de lui donner le goût de s’investir.

Ainsi, au printemps 2014, Arthur passe et réussit les sélections de l’EICAR, une école des métiers de l’audiovisuel située en région parisienne. Il a commencé à suivre les cours en octobre dernier pour un cycle de 3 ans.

se reorienterPour quelles raisons as-tu décidé de rencontrer Yves ?

Franchement, avant de venir le voir je n’étais pas emballé car j’avais en tête  des expériences avec d’autres centres d’orientation qui n’avaient pas très bien « fonctionnés » sur ma personne. Si je me souviens bien, c’est ma mère qui m’a un petit peu poussé. Après le premier rdv c’est moi qui étais impatient de revenir.

De quelle façon a-t-il pu t’aider ?

Il m’a aidé, car il m’a écouté. Puis je l’ai écouté. C’est une grande preuve de sincérité de vraiment écouter quelqu’un.

Comment vois-tu ton avenir ?

Concrètement je vois mon avenir dans l’audiovisuel plus que dans la musique (bien que je veuille continuer la musique toute ma vie), plus précisément dans l’animation. Toujours au son par contre ! Que ce soit Foley, monteur, mixeur, ou compositeur ! D’un point de vue plus aérien, je vois mon avenir plus clairement bien que je m’inquiète souvent pour le futur.

Aurais-tu des conseils à donner à ceux qui seraient dans une situation comparable à la tienne ?

Un seul conseil : prendre son temps et pas de précipitation !!!!!!

En savoir + sur Yves Destribats